CAPD du 16 déc 2008 : déclaration de soutien à Bastien Cazals

mercredi 17 décembre 2008
popularité : 2%

DÉCLARATION SNUipp, SUD Education, SNE à la CAPD DU 16 DÉCEMBRE 2008

Monsieur l’Inspecteur d’Académie, vous avez pris la grave responsabilité de sanctionner lourdement M. Bastien Cazals, directeur de l’école Louise Michel de Saint-Jean de Védas, au motif de la suspension par celui-ci de l’aide personnalisée aux élèves en difficulté.

Cette décision nous choque et nous indigne profondément sur le fond et sur la forme.

Lors de la convocation de M. Cazals, le mercredi 3 décembre, et de l’audience accordée à l’Intersyndicale le même jour, les propos tenus par les représentants de l’Administration se voulaient apaisants, se bornant à constater que M. Cazals était dans le déclaratif. Comment comprendre que cinq jours plus tard, la sanction tombe, brutale, lourde : 5 jours de retenue sur salaire plus trois jours supplémentaires annoncés vendredi 12 décembre. Et comme si cela ne suffisait pas, vous venez d’informer M. Cazals, par courrier en date du 15 décembre, qu’une procédure disciplinaire était ouverte à son encontre.
De plus, vos propos inutilement provocateurs et méprisants tenus dans le Midi-libre du 10 décembre, accusant d’une part M. Cazals de « voler aux enfants en grande difficulté les deux heures auxquelles ils ont droit » et d’autre part votre raccourci sur le travail des RASED « s’ils avaient fait des miracles, il n’y aurait pas 15% d’élèves en échec » ne peuvent que renforcer l’exaspération chez nos collègues.

 Au lieu de vous interroger sur les causes et les motivations profondes qui conduisent des enseignants de plus en plus nombreux à se positionner dans le même sens que M. Cazals, vous avez choisi la méthode forte, l’affrontement, la répression forcenée en lieu et place d’un dialogue susceptible de faire évoluer la situation. C’est la plus mauvaise solution que vous avez choisie et qui fait de vous le seul Inspecteur d’Académie en France à avoir décidé une sanction d’une telle brutalité contre un enseignant.

Sachez, Monsieur l’Inspecteur d’Académie, que derrière M. Cazals, c’est toute notre profession qui se sent agressée, insultée et vous seul porterez la responsabilité d’une dégradation accrue du climat dans les écoles. Ne doutez pas une seule seconde que la solidarité de tous, sous toutes ses formes, entourera Bastien Cazals.

Monsieur l’Inspecteur d’Académie, nos organisations vous demandent instamment de lever immédiatement toute sanction à l’encontre de M. Cazals et d’intervenir auprès du ministre de l’Education nationale pour que des négociations s’engagent dans les meilleurs délais sur les revendications des personnels.