Incendie école les Tamaris à Béziers

vendredi 1er novembre 2019
par  Webmestre
popularité : 2%

logo SNUipp-FSU 34

 

Incendie de l’école les Tamaris à Béziers : Communiqué du SNUipp-FSU 34

 

Nous avons appris l’incendie qui a touché l’école élémentaire les Tamaris et le collège Krafft à Béziers dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre 2019. L’école est tellement endommagée qu’elle ne pourra pas rouvrir à la rentrée et risque de devoir être totalement détruite. Environ 300 élèves et une vingtaine d’enseignants n’ont maintenant plus d’école.

Le SNUipp-FSU 34, premier syndicat des professeurs des écoles, a pris contact avec les personnels de l’école pour les assurer de son soutien dans cette épreuve. Nos collègues sont bouleversés, mais beaucoup d’entre eux se sont déplacés dès aujourd’hui devant l’école et ont assuré le lien avec les familles, ce que nous saluons.

Par ailleurs, puisque l’incendie semble d’origine criminelle, le SNUipp-FSU 34 se joint aux condamnations unanimes face à cet acte inacceptable qui touche l’École de la République.

Nous venons de nous adresser au Directeur Académique de l’Hérault pour savoir quelles dispositions il compte prendre pour les personnels et les élèves de l’école. Nous saisissons également le CHSCT (Comité de l’Hygiène de la Sécurité et des Conditions de Travail). Nous serons vigilants aux suites apportées et nous tenons à apporter notre soutien à tous les acteurs concernés.

 

Mise à jour, le 2 novembre :

Nous avons pris connaissance de la communication effectuée par la ville de Béziers aujourd’hui :

  • - La commune invite les parents à garder leurs enfants, un service minimum d’accueil sera mis en place dans une maison de quartier mais il ne pourra pas accueillir tous les élèves.
  • - La scolarisation ne reprendra qu’à partir du 12 novembre, les classes concernées seront réparties ailleurs.

 

Des questions restent donc sans réponse pour le moment, alors qu’elles impactent sérieusement les conditions de scolarisation des élèves et les conditions de travail des personnels :

  • - A court terme, il est regrettable qu’aucune solution ne soit proposée, même si l’on peut comprendre les difficultés qui se posent du fait du manque de locaux.
  • - A moyen terme, c’est à dire à partir du 12 novembre, les conditions de scolarisation ne sont pas encore annoncées. Y aura-t-il du mobilier adapté ? Une dotation budgétaire est-elle prévue pour équiper ces classes "délocalisées" en matériel pédagogique ?
  • - A plus long terme, c’est à dire à partir de l’année scolaire prochaine, que va-t-il advenir de l’école ?