Lettre ouverte aux parlementaires

dimanche 27 avril 2008
popularité : 2%

Lettre ouverte aux parlementaires héraultais

 

Depuis 2003, le Service Public d’Éducation et tout particulièrement le 2nd degré sont soumis à une véritable purge.

Entre 2003 et 2008, 27 000 postes ont été supprimés dans les collèges et les lycées.

Pour la prochaine rentrée, 11 200 postes sont à nouveau supprimés dans l’Éducation Nationale, dont 8 800 dans le seul 2nd degré !

C’est la conséquence directe du budget qui a été voté pour l’Éducation Nationale.

Ainsi 180 postes de professeurs sont supprimés dans les collèges et les lycées de l’académie de Montpellier.

Le rectorat prévoit pourtant une augmentation de 422 élèves, ce qui aurait dû entraîner, selon les critères de répartition de l’administration … la création d’au moins 21 postes d’enseignants pour le 2nd degré dans notre académie !

 

Les conséquences de ces suppressions massives de postes vont peser très lourdement sur les conditions d’enseignement : classes encore plus surchargées, suppressions de classes, de dédoublements, suppressions massives d’options …

Elles pèseront très lourdement dans l’académie de Montpellier, dont les retards, reconnus officiellement par l’administration de l’Éducation Nationale, persistent depuis plusieurs années : retards dans les taux de scolarisation à l’entrée en seconde et pour l’accès au niveau du baccalauréat, retards aussi dans les dotations attribuées à notre académie.

 

Pour masquer les effets réels des suppressions de postes, le ministère de l’Éducation Nationale tente d’imposer l’augmentation massive des heures supplémentaires et multiplie les compléments de service dans d’autres établissements, alors que dans la plupart des cas les conditions d’emploi à temps plein existent dans l’établissement ; ces choix suscitent de fortes inquiétudes et de très vives réactions des professeurs, dans une profession très féminisée, rappelons-le, devant la perspective de la dégradation de leurs conditions d’exercice comme de leur vie familiale.

Par ailleurs, avec la disparition prévue de plusieurs milliers de contrats aidés dans l’académie de Montpellier (sans qu’aucune compensation en emplois d’assistants d’éducation ne soit faite) les conditions d’encadrement et de surveillance des élèves, à la rentrée 2008 vont, elles aussi, se dégrader de façon importante, au détriment de la sécurité des élèves et de l’abandon de nombreuses activités éducatives menées jusqu’ici.

Et aucun plan social n’est mis en œuvre par les services de l’État pour ces personnels précaires !!

 

Avec la décision du gouvernement de supprimer à nouveau 20 000 postes chaque année, de 2009 à 2012, suppressions qui porteront en grande partie sur les collèges et les lycées, c’est un véritable démantèlement de notre système éducatif, particulièrement dans le 2nd degré, qui est en cours.

Il s’accompagne d’une remise en cause des missions des enseignants, de leur métier, de leurs  statuts et de leurs carrières.

 

C’est la qualité de notre système éducatif qui est en cause.

C’est l’avenir des jeunes de notre région et de notre pays qui sont en jeu.

Les personnels de l’Éducation, les parents d’élèves, et avec eux tous ceux qui sont attachés au Service Public d’Éducation et à un enseignement de qualité pour tous les jeunes, exigent une autre politique pour le système éducatif et pour ses personnels, une autre politique pour la formation de la jeunesse de notre pays.

Notre pays manque de plus en plus de travailleurs qualifiés. Pour permettre à chacun de trouver sa place dans la société et lutter contre le chômage, il faut d’urgence investir dans la formation des jeunes, investir dans le système éducatif.

En tant que parlementaire, il est de votre responsabilité d’intervenir au plus vite pour qu’un collectif budgétaire soit voté, permettant d’annuler les suppressions de postes pour la rentrée 2008, permettant au Service Public d’Éducation d’assurer ses missions fondamentales, de maintenir un enseignement de qualité pour tous, et de disposer de tous les moyens nécessaires, y compris budgétaires, pour l’améliorer.

 

MARTIN Raymond – secrétaire départemental SNES Hérault / FSU

CATALA Agnès – secrétaire départementale CGT éduc’action

BASSIS Patrick – secrétaire départemental SNEP 34 / FSU

RABEYROLLES René - secrétaire académique SNCL / FAEN

BELHOMME Catherine – présidente de la FCPE Hérault

LAFORGUE Sylvain - secrétaire adjoint du SGEN / CFDT Languedoc-Catalogne Nord

DUPAYAGE Véronique - secrétaire académique SNUEP / FSU

COMBEY Jehan-Alain – président académique SNALC / CSEN

AUTES Michel - co-secrétaire départemental SUD Education

LE PROVOST Bruno – secrétaire départemental SE / UNSA

TELLO Francisco - secrétaire académique SNETAA / EIL