Carte scolaire 2018 : le SNUipp-FSU 34 s’adresse aux députés

samedi 10 février 2018
popularité : 8%

Ci-dessous le texte du courrier envoyé aux députés de l’Hérault.
 
Monsieur le Député,
 
Les décisions d’ouverture et de fermeture de classes sont prises actuellement dans le département de l’Hérault : des mesures ont été actées en CTSD au Rectorat ce mercredi (détail en pièce jointe), elles seront validées définitivement en CDEN à la Préfecture le vendredi 16 février.
 
Or, 90 fermetures de classes sont prévues à la rentrée 2018 dans l’Hérault, notamment dans votre circonscription électorale (détail dans le document en pièce jointe). Certaines de ces fermetures sont particulièrement choquantes, voici quelques exemples :
- La fermeture d’une classe à l’école maternelle Jean Moulin de Mauguio, qui accueille également une Unité d’enseignement pour enfants autistes. L’inclusion régulière de ces élèves autistes dans les classes "ordinaires" sera rendue très difficile avec des effectifs importants !
- La fermeture d’une classe dans des écoles telles que l’élémentaire de Capestang, la primaire au Poujol sur Orb, la maternelle les Lavandins à Frontignan, la maternelle Jules Verne à Agde. Cela fera augmenter les effectifs par classe ( 28), sans compter les nouvelles arrivées prévues ;
- La fermeture de 4 postes du dispositif "Plus de maîtres que de classes", qui avaient été implantés en soutien dans des écoles particulièrement difficiles et qui vont être supprimés sans compensation. Les écoles concernées sont l’élémentaire Sévigné à Montpellier (quartier Figuerolles), l’élémentaire de St Pons de Thomières, la primaire de St Gervais sur Mare, l’élémentaire César Vinas à Lodève.
 
D’autre part, plusieurs écoles aux effectifs surchargés ne bénéficieront pas d’une ouverture de classe, créant des difficultés importantes. Certains écoles dépasseront une moyenne de 30 élèves par classe, notamment à Montpellier !
 
Nous sommes très inquiets de la dégradation du Service Public qui se profile. La dotation en postes, ne suffisant pas à assurer les dédoublements en éducation prioritaire et à absorber l’augmentation démographique, explique en bonne partie ces problèmes. De mauvais choix effectués par Madame le Recteur (en particulier l’expérimentation d’un "directoire école du socle" coûteux en poste et sans aucune pertinence pédagogique) amputent une partie de la dotation et détériorent un peu plus les conditions d’apprentissage dans les écoles.
 
Nous espérons pouvoir compter sur votre engagement rapide pour le maintien de ces postes menacés et pour l’ouverture d’autres postes permettant de décharger les écoles sous tension.
 
Nous vous prions de croire, Monsieur le député, en notre profond attachement au Service Public de l’Éducation Nationale.
 
 
Les délégués du personnel du SNUipp-FSU 34 (premier syndicat des enseignants des écoles)
 


Brèves

1er juillet - Béziers : soutien famille Khadziev

Une mère et 5 enfants à la rue ? Rassemblement