Samedi matin : donnez votre avis

mercredi 16 janvier 2008
popularité : 13%

Les heures du samedi

Mieux d’école M. Le ministre ?

Depuis l’annonce faite sans concertation par Xavier Darcos de réduire de deux heures par semaine le temps d’enseignement des élèves en supprimant le samedi matin, la mesure suscite encore et toujours de nombreuses questions.

  • Comment seront utilisées ces heures ?
  • Comment s’organisera la journée d’école pour les enfants ?
  • Quelles seront les nouvelles obligations de service des enseignants ?
  • Comment se fera l’articulation avec les dispositifs périscolaires comme l’accompagnement éducatif qui devra entrer en vigueur à la rentrée 2008 pour les écoles primaires ?

Seule certitude, le ministre confirme que ces deux heures devraient s’adresser aux élèves en difficulté. Pour lui, cela suffirait pour atteindre l’objectif de réduire par trois le nombre d’enfants en échec scolaire d’ici cinq ans. Si personne ne peut contester une telle ambition, la réalité d’un cadre budgétaire contraint aux vaches maigres ne laisse que peu d’illusions sur les possibilités de réelles transformations de l’école pour la réussite de tous.

Il en est de même de certaines orientations inquiétantes contenues dans les 23 propositions pour « la refondation de l’école » comme celle sur l’évaluation conçue comme un outil de pilotage du système éducatif (voir FSC 305).

Reste que ce chantier ouvert dans la plus grande impréparation ne pouvait être laissé aux seules intentions ministérielles.

Demandant l’ouverture de concertation, le SNUipp avec le SGEN puis par la suite le SE se sont engagés dans les discussions.

Pour le SNUipp, il s’agit de faire avancer ses revendications.. Le menu des discussions prévoit de traiter des modalités d’utilisation des 72 heures années ainsi dégagées. Depuis le 26 novembre, cinq séances de travail ont déjà eu lieu (lire l’article "Discussions ministérielles : où en est-on ?".

Pour le ministère, ce temps doit avant tout se traduire par une aide directe aux enfants en difficulté scolaire après la classe.

Le SNUipp juge cette seule orientation inadaptée. Elle risque de stigmatiser et fatiguer des enfants en situation de fragilité scolaire. Cette mesure va nécessiter des enseignants préparation et organisation des dispositifs. De plus, elle n’apparaît pas être une réponse pertinente à la complexité et à la diversité de la difficulté scolaire. Au contraire, ce volume temps pourrait être l’occasion pour les équipes enseignantes de pouvoir élaborer des nouveaux fonctionnements afin de mieux aider les élèves en difficulté .

Depuis sa création, le SNUipp réfléchit et avance des propositions en ce sens avec plus des maîtres que de classes et une demande de temps pour se concerter et travailler en équipe (lire ).

A mi-parcours des discussions engagées avec le ministère qui devraient se clore fin janvier, le syndicat poursuit sa démarche d’information, de débat et d’intervention avec les enseignants des écoles.

Le questionnaire "Samedi : prenez position !" s’inscrit dans cette logique. Il est à renseigner massivement. Il s’agit de nourrir la réflexion sur une question qui va modifier l’organisation des écoles et d’intervenir avec plus de force auprès du ministère.

Pour peser, donnez votre avis.Cliquez sur l’image ci-dessous pour accéder au questionnaire en ligne.

Image JPEG - 6.2 ko

Brèves

16 février - CDEN du 16 fév 2018

A l’issue du CDEN 2 nouveautés : (...)